Nous contacter

treks volcans vanuatu
Michel Massat

 +(687) 86 95 54

  • Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
  • YouTube - Grey Circle

Nouméa

Volcans Vanuatu : les hommes

Les hommes

 

Vanuatu qui signifie "le pays qui se tient debout" est le nom que les hommes ont choisi pour désigner leur archipel, le 30 juillet 1980 jour de son indépendance.

La coutume

est puissante et bien vivante. Entre mystère et tradition les Vanuatais ont su protéger leurs valeurs en les intégrant aux évolutions sociales du monde d'aujourd'hui. Ici la coutume ne désigne pas seulement un ensemble de danses et de rituels, mais plutôt un mode de vie qui prend en compte l'organisation sociale, l'économie, la politique, la médecine traditionnelle, la religion et la magie. Il existe deux grandes formes de pouvoir politique traditionnel ou coutume dans l'archipel. Dans l'ensemble des îles du nord la chefferie est fondée sur une hiérarchie de grade, les hommes de pouvoir émergent d'une compétition de type politico-économique (sociétés secrètes). Dans les îles du centre et du sud les systèmes de chefferie, héréditaires ou électifs de type polynésien, sont fondés sur les titres politiques liés au patrimoine foncier. Les chefs sont les maîtres de la coutume, ils ont le pouvoir de transgresser les lois et d'en forger de nouvelles et sont protégés et investis par des êtres surnaturels. Proche du sacré, ils communiquent de façon directe avec les ancêtres. 

L'art

est étroitement lié à la coutume. Les Vanuatais dansent, chantent, sculptent, tressent et dessinent. Les chants et les danses sont omniprésents dans toutes les cérémonies de mariages, de circoncisions et autres grandes fêtes coutumières. Les sculptures sont également très répandues notamment le fameux tambour dressé d'Ambrym de taille monumentale qui est un des piliers de la coutume de l'île (passage de grades). Erigé de partout, il est désormais devenu un des symboles du pays. Les nattes tressées, les dents de cochons et les colliers de perles de coquillage sont encore utilisés comme parures, monnaies traditionnelles ou d'échanges. Elles ne véhiculent pas simplement une valeur matérielle mais sont aussi des symboles et des pouvoirs spirituels. Le dessin sur sable est une activité rituelle des plus fascinantes. Pratiqué dans les îles du centre et du nord il est depuis 2008 inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO. Il est effectué à même le sol, le dessinateur trace un quadrillage puis, sans lever le doigt, dans un mouvement très fluide, précis, il dessine en général un animal tout en contant une histoire. Il est aussi utilisé pour laisser des messages.

 

Le kava

utilisé depuis environ trois mille ans au Vanuatu, joue aussi un rôle social très important. Il est consommé dans chaque village quotidiennement, toujours en fin de journée avant le repas dans les nakamals, lieu réservé aux hommes. C'est un arbuste de trois mètres de hauteur aux feuilles en forme de coeur de la famille des poivriers. Sa culture à croissance lente demande beaucoup d'eau et une terre de bonne qualité. Sa précieuse racine est coupée, lavée, broyée, mélangée avec de l'eau et filtrée à plusieurs reprises puis consommée aussi tôt. Ce breuvage au goût de terre et de poivre favorise les échanges grâce à ses vertus apaisantes et anesthésiantes. Associé à la coutume, il apporte bien-être et sagesse. Les hommes se réunissent autour d'un kava aussi bien pour parler de la journée passée que pour prendre les grandes décisions concernant le village, il n'est pas rare que les discussions se prolongent à la lueur du feu, très tard dans la nuit.

Une vie

simple rythmée par le soleil : le tambour sonne juste après le chant du coq, il est six heures. Peu après certains enfants prennent le chemin de l'école, les femmes et les hommes vont comme pratiquement chaque matin au jardin, parfois à plusieurs heures de marche du village. Ils ramassent et décortiquent la coco, ils cultivent l'igname, le taro, le manioc et la patate douce qu'ils feront griller ou bouillir pour le repas du soir. Le village est abandonné aux volailles et aux cochons, ou presque, car quelques habitants sont restés. Une vieille femme posée sur une râpe à coco gratte des tubercules pour préparer le laplap, un homme alimente tranquillement en combustible son four à copra et un autre assis en tailleur, un nourrisson entre les jambes, tresse des feuilles de pandanus pour réparer la toiture de sa case. La journée est maintenant bien avancée, les rires des enfants et le boum boum du pilon qui broie les racines de kava se font entendre. Les cases commencent à s'agiter, des feux s'allument, le village s'apprête à plonger dans le noir pour un autre jour. 

 

 

Au commencement

 il n'y avait pas d'îles. Les premières sont apparues il y a quelques 22 millions d'années. La plupart des espèces sont venues d'Asie du Sud Est. Portées par les courants marins ou transportées dans l'estomac ou le plumage des oiseaux, certaines plantes ont commencé à germer, les vents ont apporté les insectes, quant aux oiseaux et chauves-souris ils ont migré par les airs. Avant que l'homme n'arrive, l'archipel était recouvert uniquement de forêts tropicales dans le Nord et le Centre et de forêts sèches dans les îles du Sud.

Les premiers hommes

à coloniser les îles du Pacifique, sont arrivés d'Asie du Sud Est il y a environ 5 000 ou 6 000 ans. 2 000 ans plus tard, quelques-uns de ces hommes, partant du Nord-Ouest du Pacifique et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, ont atteint le Vanuatu sur de grandes pirogues pouvant transporter jusqu'à 200 personnes, quelques animaux et des réserves de nourriture. Leur arrivée s’est faite en plusieurs vagues, au cours d'une longue période. L'archipel est ainsi devenu le centre d'une région où les gens d'origines différentes se sont installés, d’où la très grande variété de langues vernaculaires (110) et la diversité des types physiques au Vanuatu.

.